La Halle est le centre de gravité de l'activité locale, et la fierté de Milly. Située sur la partie nord de la place du marché, la Halle de Milly-la-Forêt est la soeur jumelle de celle d'Arpajon, mais de plus grandes dimensions. Avec la Halle de Méreville, elles caractérisent un style architectural de la charpente de l'Ile-de-France au Moyen Age. La Halle fut construite à la requête de l'Amiral Louis Mallet de Graville, adressée au roi Louis XI, pour permettre à Milly de se relever des ruines et des spoliations accumulées durant la guerre de Cent Ans. La Halle devait servir à protéger les marchands et leurs marchandises contre les intempéries et faciliter le commerce de Milly avec toute la région. La Halle mesure 45,27 mètres de long, 15,91 mètres de large pour une hauteur de 13 mètres. Elle comprend 11 travées et 12 fermes. Les piliers et les poutres maîtresses transversales sont en chêne. Certains chevrons et solives sont en châtaignier, qui aurait pour qualité de chasser les araignées.

Les 48 piliers s'appuient sur des dés en pierre en forme de pyramide. La Halle devint la propriété de la Ville en 1858 et fût classée monument historique en 1923, depuis elle est sous la protection des Beaux-Arts.

 

 

 

 

Cette carte est l'une des plus anciennes de la place du marché. La pompe qui figure au centre fut érigée en 1880. Déclarée inesthétique, elle fut transférée au coin d'un pilier des Halles en 1899.

 

 

 

L'Hôtel de Ville, construit en 1895, fût inauguré le 28 octobre 1895. C'est une jolie construction comprenant de belles salles au premier étage et un vestibule d'honneur. On y trouve de vieilles archives se rapportant à Milly et à toute la région, tels que l'acte d'entérinement de 1373 signé de Isabelle de Meullent, la charte du Marché de la Halle (1479), des bijoux et des armes mérovingiens provenant de sépultures découvertes dans le cimetière en 1864, etc. Sur l'emplacement des jardins, devant la Mairie, s'élevait l'ancien Hôtel Dieu. L'Hôtel Dieu ou Hôpital Saint Nicolas aurait été établi par la Reine Bathilde, épouse de Clovis II.

 

L'Eglise Notre Dame de Milly était à l'origine la Chapelle du château. Elle fut transformée en Collégiale probablement par Hugues de Bouville au début du XIVe siècle. Détruite pendant la guerre de Cent Ans en 1417 puis 1433, elle fut reconstruite par l'Amiral Louis Mallet de Graville vers 1480. La chapelle de la Vierge fut ajoutée en 1630 et le bas-côté droit en 1633. Le clocher de 57 mètres de haut est l'un des plus beaux de la région.

 

 

L’Eglise, vue de la Bonde

 

En 1136, Guillaume de Milly donne ses terres à l'église de Milly. Une importante maladrerie y est construite pour soigner les croisés qui revenant d'Orient ont contracté et répandu la lèpre. Elle est placée sous le vocable de Saint Blaise qui a la réputation de guérir les hommes et les animaux par les plantes et les prières. Au XVIIIe siècle, la lèpre disparue, la maladrerie est détruite à l'exception de la Chapelle Saint Blaise. Longtemps à l'abandon, celle-ci est décorée en 1959 par Jean Cocteau. Le 23 avril 1964, six mois après le décès du poète, son corps est transféré à l'intérieur de la chapelle.

 

 

 

 

La Chapelle Saint Jacques fut construite en 1252 à l'angle du boulevard du Sud (aujourd'hui boulevard du Maréchal Joffre) et de la rue St Jacques. Elle était la propriété de la communauté St Jacques, et permettait de loger les pèlerins. Déclarée gênante pour la circulation, elle fut démolie le 29 janvier 1909 par l'entreprise Brianot.

 

Le Château, vue du parc

 

Le château, situé à l'ouest de la commune, sur la rivière de l'Ecole, fut construit au XIe siècle. Les anciens bâtiments ayant été détruits par les Anglais en 1432, l'Amiral de Graville les fit reconstruire peu de temps après. Le château se composait alors d'un corps de logis principal avec tourelles et bastion, défendu par un pont-levis et d'une cour d'honneur ceinte de murailles garnies de plusieurs tours. Il y avait de spacieux jardins entourés de canaux remplis d'eaux vives. Au début du siècle, il ne restait plus que les fossés, l'ancien donjon féodal, un ancien bâtiment, trois tours d'enceinte et un bâtiment formant façade reliant le donjon à une vieille tour. On trouve aussi un pont de trois arches en pierre de taille, qui aboutit au donjon sous lequel on passe pour entrer dans la cour d'honneur. Le donjon se compose d'un gros pavillon carré flanqué de tours rondes couronnées de créneaux et de mâchicoulis.

 

Retour