Au début de ce siècle, Milly était un village qui vivait principalement de l'agriculture. Les cinq grandes fermes du plateau produisaient des céréales, mais se sont les producteurs herboristes qui ont le plus contribué à la renommée de Milly-la-Forêt.

Il semblerait que les plantes médicinales se soient de tout temps cultivées à Milly. Leur culture connut un véritable développement au cours du XIXe siècle. En 1890, un premier syndicat est créé, il regroupe les cultivateurs de plantes médicinales et commercialise leur récolte. Le premier séchoir à air libre avec rayons superposés date de cette époque. C'est en fait au cours de la première moitié de notre siècle que Milly connaît ses heures de gloire en tant que "premier centre français de plantes médicinales". Dans le début des années 50, la coopérative des producteurs herboristes regroupait environ 140 adhérents pour une production de plus de 150 tonnes de plantes sèches. Les principales plantes cultivées sont alors : la guimauve, la mélisse, le datura, la bélladone, la pensée, et la menthe de Milly qui est un produit de réputation mondiale.

 

C'est en 1910 que furent créées à Milly, les deux premières cressonnières, l'une au "Coudray" l'autre aux "Petites Fontaines". La culture du cresson en France date des années 1810-1820. A cette époque M. Cardon découvre en Allemagne  la culture du cresson. De retour en France il crée une exploitation près de Senlis. Dans l'Essonne, c'est à Vayres que le cresson fut cultivé pour la première fois, vers 1856.

 

Les cultivateurs de tabac venant à la recette.

 

 

 

Les cressonnières

 

Retour